Signez la pétition !

Publié le 31 mai 2017

Cliquez ici pour signer la pétition !

Chaque jour 84 000 travailleurs traversent la frontière. La mobilité reste principalement centrée sur l’utilisation de la voiture, ce qui entraîne un engorgement du trafic sur l’A31 et les axes secondaires. La saturation de l’A31 est accentuée par le trafic des poids lourds.

La Lorraine a besoin d’une A31 aménagée dans des délais rapides et ceci d’autant plus que le nombre de frontaliers va continuer à augmenter pour probablement atteindre les 100 000 personnes à l’horizon 2022.

Le projet dit de l’A31 bis prévoit de financer l’élargissement à 2X3 voies de l’autoroute A31 entre Gye et la frontière luxembourgeoise notamment par un péage entre Thionville et la frontière.

Ce serait la seule portion gratuite de l’A31 existante qui deviendrait à péage. La section Nord de Nancy passera elle aussi à 2X3 voies tout en restant gratuite.

L’A31 a été financée à l’origine par le département en grande partie, c’est-à-dire par les impôts de nos parents ou grands-parents. Pourquoi faire payer leurs enfants ou petits-enfants une seconde fois ?

La mise en place de ce péage sur l’autoroute A31bis incitera sans aucun doute les travailleurs frontaliers à utiliser les axes secondaires déjà extrêmement encombrés.

Actuellement, la moyenne journalière est de 10 800 véhicules parjour pour la commune de Volmerange-les-Mines. Une fréquentation supplémentaire renforcerait le sentiment d’insécurité routière existant des riverains lié aux incivilités routières des usagers et multiplierait incommensurablement les risques d’accidents sur nos routes non adaptées à recevoir ce type de trafic. De plus, les nuisances sonores et la pollution déjà importantes seraient encore amplifiées.

Ce phénomène a déjà été constaté lors de la mise en place des contrôles routiers sur l’autoroute A31 suite aux attentats que notre pays a subis fin 2015 : les ralentissements et encombrements jusque sur les voiries communales avaient alors été surmultipliés. Ce phénomène est accentué également lorsque des accidents se produisent sur l’autoroute.

Nous, usagers de l’A31, nous opposons fermement à une autoroute A31 bis payante, disons NON à ce choix arbitraire imposé par l’Etat sans concertation avec les élus locaux et la population, demandons que l’A31 bis soit financée sans nous mettre à contribution et dans des délais réalistes, que des clés de financement de cette infrastructure européenne soient trouvées auprès de l’Union Européenne et de l’Etat Luxembourgeois, que soient étudiées toutes les solutions alternatives et innovantes présentant une meilleure empreinte carbone.

C’est aujourd’hui qu’il faut agir car demain il sera trop tard !

Cliquez ici pour signer la pétition !